Namaste à toutes et tous,

Ce matin je voulais partager avec vous cette réussite des hommes de l'ombre des expéditions passées sur les Himalayas., les Sherpas.

Hivernale du K2: la revanche des sherpas

Une équipe constituée de dix alpinistes népalais a réussi, collectivement, la dernière ascension hivernale qui résistait à l’ambition des meilleurs alpinistes. Le symbole est fort pour ces hommes surtout habitués à rendre possibles les exploits des autres.

Il était 17h, ce samedi, quand a été résolu ce que l’alpinisme tenait pour son dernier «problème». L’ascension, en hiver, du K2. Le deuxième plus haut sommet du monde (8611 mètres). L’endroit sur terre où la respiration est le plus difficile, en raison d’une position géographique plus au nord que les autres monstres de l’Himalaya. Une montagne qui promet à ses courtisans l’épreuve de vents tempétueux.

Depuis une reconnaissance effectuée en 1980 par les Polonais Andrzej Zawada et Jacques Olek, des alpinistes parmi les meilleurs sont venus du Canada, de Grande-Bretagne, de Russie, de Géorgie, d’Espagne, du Kazakhstan, d’Ouzbékistan, de Pologne ou encore du Kirghizistan pour tenter leur chance à la frontière entre la Chine et le Pakistan. Mais aucun n’avait été au-delà des 8000 mètres. Aucun n’était parvenu à inscrire son nom dans les annales.

Il faudra y faire de la place pour citer tous ceux qui ont accompli la première «hivernale» du K2. Ils sont dix: Sona Sherpa, Mingma Gyalje, Dawa Tenzing, Kilu Pemba, Nims, Mingma David, Dawa Temba Sherpa, Pemchhiri Sherpa, Gelje Sherpa et Mingma Tenzi Sherpa. Lorsque la nouvelle de leur réussite est descendue, bien avant eux, tout le monde les a emmitouflés dans la formule «une équipe de Népalais».

file7e3u4rxketvz5o0sct9